uschapters
Hard times in New York Town

Egorger, nos fils et nos compagneu ... (illustration pour le cours de morale, circa 1925).

there’s a heeeero


La semaine dernière, la maitresse de Nayla envoie à tous les parents le mail suivant (intitulé « envoyer de la joie à nos héros ») : bonjour parents ! cette semaine, nous avons discuté des différentes factions militaires, et en l’honneur de Veteran’s day (le 11 novembre, jour des anciens soldats), chaque enfant a écrit une carte à l’un de nos héros. Ces lettres seront distribuées dans le monde entier à nos soldats ou anciens soldats.

Pour en remettre une couche, l’une des mamans, que je ne peux pas blairer, avait renvoyé un mail derrière : « super ! formidable que nos enfants apprennent à aimer ceux qui servent notre pays ».

Ni mon mec ni moi ne sommes convaincus par le caractère super de tout ça, ni sur la forme ni sur le fond.

Après en avoir discuté une partie du week-end, on a donc décidé que ça nous chauffait suffisamment pour qu’on en fasse une question de principe.

Munis des éléments de langage balancés par nos copains « résolution de conflit » appelés à la rescousse, on s’est donc fendus dimanche soir d’une lettre à la proviseur et à la maitresse. On a tenté d’expliquer sans être trop relous que les soldats américains, ou l’armée américaine, ou l’armée tout court, pouvaient n’être pas considérés comme nécessairement héroïques, que cinq ans c’était un peu jeune (mais malins, on a évité le terme « propagande »), qu’on était tous les deux bien ennuyés que notre fille envoie des lettres « you are my hero » à des soldats américains et que dans le contexte d’une école multiculturelle notre point de vue n’était probablement pas unique. Le tout étouffé sous des tartines de « on adore l’école, Nayla adore l’école, on vous adore, hihihi ».

J’avoue qu’après la treizième relecture, au moment d’appuyer sur « send », j’ai un peu palpité : allait-on se faire virer (de l’école, ou très accessoirement du pays) ? Mais mon mec a pris son regard « intégrité morale numéro 137″ pour me dire : mon petit chou, si on se fait expulser pour ça, c’est que ce pays n’était pas pour nous. J’ai dit « oh, Jean-Pierre, la vie avec toi est une aventure », et j’ai envoyé.

Le proviseur a immédiatement balancé un email courtois mais très ferme, nous invitant à discuter de ce sujet elle, en présence de la maitresse. Le rendez-vous est demain. Je suis présentement en train de réviser mes fiches « géopolitique mondiale ».

Quant à Nayla, à qui on a vaguement demandé son avis après coup, elle nous a répondu en fronçant les yeux pour essayer de se rappeler : « oui oui, on a écrit une lettre la semaine dernière. A qui ? Oh j’ai oublié ».

us chapters

us chapters

3 Commentaires

  •    Reply

    Ah tu me manquais!
    Ici on nous demande d’apporter des fruits et les legumes en petite section (moins polemique hein? Meme si ca peut tjs finir en competition parentale pour apporter le fruit/legume le plus hype du moment. Ex : grenade ou panais. En meme temps j’habite pas Paris donc ca devrait aller).
    En grande section ils font le tour du monde (1 continent par trimestre) D’ailleurs si dans ton emploi du temps de business mum student tu trouvais le temps d’envoyer une petite carte postale à la classe de Sophie ce serait trop cool (ils étudient l’Amerique du Nord jsq Noel). A quand le jumelage de classe maternelle ? :)

  •    Reply

    si j’avais ton talent d’écriture, je te raconterai les déboires de la prof principale de mon fils en 6ème, classe dont je suis parent correspondant… limite j’ai envie de te faire suivre l’échange de mails pour que tu rigoles.. ça vaut son pesant de cacahuètes !
    bises parisiennes

Laisser un commentaire