uschapters
Hard times in New York Town


Tag: Kids are kings


Pères devenus fous d'avoir raté leur projet "gateau arc en ciel"

My cupcake addiction


Je trouve cette vidéo tellement hypnotique que je ne peux pas m’empêcher de la regarder en repeat. Je vous l’offre. Ne me remerciez pas, et surtout n’essayez pas de résister à la fièvre du gateau arc en ciel … https://www.youtube.com/watch?v=xpNnCB4Mvk4.

Enfant ayant visiblement raté un entretien d'entrée à la crèche

La compète à deux ans


Un an après tout le monde, j’ai enfin lu en diagonale « Primates of park avenue », le livre de Wednesday Martin sur les femmes féroces de l’Upper East Side, qui avait fait l’objet d’un article dans le New York Times repris à peu près partout. Le livre n’est pas génial, mais contient quelques pages jouissives. Ci-dessous un extrait savoureux sur les entretiens des enfants de deux ans à la crèche (la mauvaise traduction est de moi, se référer à la version anglaise pour plus de finesse) :

Pour que notre fils puisse entrer à la crèche, il fallut faire des dossiers, passer des entretiens et participer à des « playdates » (note : les playdates sont des sortes de rendez-vous « jeux » officiellement organisées pour les enfants par leurs parents. Tout le monde fait des playdates, mais je ne crois pas qu’il y ait d’équivalent en français, le concept est plus formel que le simple « on se retrouve au parc ? »). Les dossiers étaient faciles à obtenir. Des jours durant, je récupérai des enveloppes dans tout l’Upper East Side. Puis je dus m’y mettre, rédiger des dissertations détaillant les spécificités de mon enfant, ses forces et ses faiblesses, le type d’étudiant qu’il était. Douloureusement tentée d’écrire « je n’en ai aucune idée, il a deux ans », je m’échinai néanmoins à faire de belles réponses. Puis vinrent les « playdates », les « entretiens », comme je les appelais en grommelant, parce que cela me paraissait correspondre davantage à la réalité. Ces « playdates » étaient généralement organisés durant l’heure de la sieste, ce qui paraît ahurissant, mais il faut se rappeler que le but premier des crèches est d’exclure autant d’enfants que possible s’ils ne sont pas frère ou soeur d’un enfant déjà dans la crèche. Un enfant exténué s’effondrait dans l’espace cuisine ? Ou en giflait un autre ? Ou simplement, n’écoutait pas pendant la lecture ? Bonne chance à un autre entretien, à une autre crèche. Je n’oublierai jamais le « playdate » où un seul « joli » jouet (un four à micro ondes en plastique coloré, brillant, avec des lumières et des boutons) trônait en évidence au milieu d’autres jouets beaucoup plus ternes. C’était une sorte de jeu de chaises musicales, organisé par le comité d’admission pour savoir comment une bande de gamins exténués réagirait à la nécessité d’être confronté à ce qu’ils sont précisément incapables de supporter à ce stade de leur développement – la nécessité de partager, de différer une envie et de gérer leur frustration dans des circonstances inhabituelles. Sans espoir de récompense. (suite…)

Famille dans un extrême dénuement (en particulier, le bébé ne porte ni habits ni casque crânien)

Comment sculpter le crâne de votre enfant


Au printemps dernier, j’ai vu fleurir dans ma petite banlieue des espèces de protection rugby pour tête de nourrisson. Les premières fois, ça m’a fait flipper. Les gamins ont vraiment l’air de s’être pris un bus et de devoir rectifier douloureusement la sale fracture du crâne qui s’en est suivie. Du coup j’ai regardé avec commisération les enfants et leur maman, et j’ai courageusement choisi de ne pas aborder le sujet parce que c’est toujours badant pour une maman de devoir se taper la conversation « mon dieu, qu’est-ce qu’il s’est fait Kevin ? »

Quand j’ai vu un peu plus tard chez le pédiatre des filles, des pubs pour cranialtech, « reshaping children’s life », j’ai compris que je m’étais encore plantée.

En fait, c’est juste une solution efficace pour que ton gamin ait la tête bien ronde. Le truc devait être strictement réservé aux plagiocéphalies à l’origine (j’apprends le terme en même temps que je lis le site, mais avouez que ça fait chic), mais pourquoi se priver du chouette marché des mères désireuses de produire des gamins « Bienvenue à Gattaca » ?