uschapters
Hard times in New York Town

You can put his onesie back on (huile sur toile, Factory 1960)

Petit séjour chez le pédiatre


Préambule : Ayant été une maman à Paris (2 ans) et à New York (bientôt 2 ans, ça nous rajeunit pas), je me considère comme une sommité en matière d’observation médicale comparée. Toute proposition de conférence sera attentivement étudiée.

– Le fric :

A Paris : le pédiatre te prend 60 balles, et tu trouves qu’il se fout de ta gueule, même si c’est remboursé par la sécu. A New-York : Quand tu sors, tu ne sais pas encore combien de vestes Sézane tu vas devoir hypothéquer, la facture t’est envoyée après. Mais comme c’est souvent abominable, tu hésites avant d’emmener ton nourrisson claquant de fièvre, qui est prié de bouffer son doliprane et d’aller mieux.

– L’attente :

A Paris : la secrétaire moustachue prend les RDV un mois à l’avance, et ça tombe toujours un jeudi à 14h30 histoire de savater ta journée de travail. Le pédiatre se pointe approximativement à 15h45, sans l’ombre d’un remord pour toi qui n’en peux plus de relire le Gala de 2003 titré : Patrick Bruel et Amanda Sthers, leur bonheur à Chamonix. Et si tu as une urgence, il y a, comme son nom l’indique, les urgences, merci. A New York : le pédiatre te prend sans rendez-vous, dans l’heure, sans retard, sans stress. Il y a une télé dans sa salle d’attente et les dames filent à tes gamins le poids de Guerre et paix en stickers, que tu retrouves jusque dans leurs slips.

– L’information du parent :

A Paris : le pédiatre prend le temps de t’expliquer les choses. Enfin en tous cas ma pédiatre, Edith Dupont, que j’aime d’amour et qui me manque. A New York : il n’y a pas de carnet de santé, aucun système de liaison. Le médecin part généralement du principe que tu es 1) un abruti, 2) susceptible de lui coller un procès. Mieux vaut donc rester abstrait (voilà, on lui a fait « les vaccins ». « Je vous ai prescrit des antibiotiques, que vous passerez chercher directement à la pharmacie » (pas de prescription en main propre)).

L’idée du RDV :

A Paris : tu considères le pédiatre un peu comme ta maman, mais en moins relou. Tu lui déverses donc toutes tes angoisses éducatives, même (et surtout) celles qui relèvent du non médical (nourriture, psychologie, rapport à l’autorité etc). A New York : tu vois le médecin 4 minutes chrono.  Le reste (vaccins, mesures de poids et taille etc) est fait par une horde d’infirmières systématiquement revêches . Tu as donc intérêt à te magner pour déverser tes névroses (pour lesquelles tu obtiendras au mieux des réponses vagues, cf. paragraphe précédent), sinon il te reste tes yeux pour pleurer, et cette bonne Laurence Pernoud.

– Verdict :

Ouaip. Je préférais la France. En même temps, ni dans un pays ni dans l’autre, aucun loupé gravissime n’a jamais eu lieu. Je ferme donc ici mon clapet de pintade gâtée.

us chapters

us chapters

5 Commentaires

  •    Reply

    J’ai vecu la meme chose aux urgences ici (pour le mari) et chez la gyneco (pour moi donc). Une horde d’infirmies, d’assistants, de secretaires, etc. pour au final ne voir le medecin que 4 precieuses minutes (frottis inclus). 4 mois plus tard je sais que je n’ai jamais eu la varicelle mais je ne sais toujours pas si je dois faire le vaccin et surtout s’il est obligatoire-rembourse-ou-non-ou-le-faire. Pas envie de rappeler le cabinet ; raison : certitude de ne rien comprendre.

    •    Reply

      je suis bien d’accord. et pareil pour les grossesses … c’est vraiment ce qui me fait le plus flipper ici je crois, leur système infantilisant. le mari aux urgences ca c’était bien terminé (et pas trop cher) ?

  •    Reply

    on a une bonne assurance donc non mais de peur de devoir paye car jamais teste auparavant on avait insiste comme des malades pour connaitre le prix (a peu pres tout du moins) et apparemment une des regles c’est de ne jamais discuter prix
    donc bon ils ont pu regler le truc en appelant la france etc. on n’a rien paye mais on voit les remboursements c’est juste ahurrissant les prix, comme par exemple 200/250 dollars pour 10 min chez la gyneco pour ma part…O_O
    et le suivi grossesse et accouchement c’est pris en charge de ton cote? J’y pense un peu…

    •    Reply

      Donc … (je sais pas pourquoi je n’ai pas eu ton commentaire avant). Pour la grossesse et l’accouchement, en gros pour tout tout tout, de ma poche j’en suis à environ 4000 dollars. Ca dépend évidemment de ton assurance, mais aussi et surtout de l’ampleur des soins nécessaires (césarienne ou pas, bébé réanimé ou pas …) tout ce que je peux te dire, c’est qu’il y a tellement de paramètres que tu ne contrôles pas, qu’il vaut mieux y aller en respirant un grand coup … il sera toujours temps de négocier après avec l’assurance, le médecin, l’hôpital (si pas de fric, au moins des délais de paiement). Nous on a galéré comme des malades pour avoir des infos précises qu’on n’aura jamais eues … mais en même temps l’hôpital a baissé notre note de 2.000 dollars au dernier moment parce qu’on était trop pauvres (= credit score trop bas, évidemment, ça ne fait que deux ans qu’on est là). Bref bref. Mais si tu veux rire un coup, tu peux toujours lire ça http://www.nytimes.com/2016/10/06/business/how-much-is-it-worth-to-hold-your-newborn-40-apparently.html?_r=0 (ou m’écrire, on peut carrément en discuter si ça t’angoisse !)

  •    Reply

    Cela fait 1h que j’attend chez le médecin, j’en profite pour lire ton blog et j’ai bien ri en pensant a vous. Merci pour tes articles , on est un peu avec vous.

Laisser un commentaire