uschapters
Hard times in New York Town

Uncle Sam needs you / Balance la thune bordel

My big fat marathon (2)


Résumé de l’épisode précédent : où l’auteure, galvanisée par l’accumulation de difficultés à la con, dont une grossesse récente, une cheville en coton et zéro thune, décide de relever le défi débile que personne ne lui a lancé, et donc … de s’inscrire au marathon « barrières à l’entrée » le plus relou du monde : le marathon de New York.

Je ne peux à l’heure actuelle m’inscrire au marathon de NY que d’une seule manière : en faisant du fundraising pour une ONG. J’ai donc décidé de traquer la terre entière, pour qu’ensemble on lève 3.000 dollars pour changer le monde*

3000 dollars, ça a l’air de rien mais ça veut dire :

– 300 potes consentants x 10 dollars, or j’ai à peu près 17 potes en comptant le frère de mon ex

– miser gros sur l’oncle Henri qui serait éventuellement en mesure de balancer du gros chécos

Verdict :

L’oncle Henri n’a rien donné. Et moi je suis en train d’envoyer des reminders de reminders à mon réseau poussivement étendu, afin que quelqu’un dans mon entourage se manifeste, « every little bit helps », à votre bon coeur messieurs dames. Je n’y suis pas encore, et surtout il semblerait que j’y aie perdu des amis (qui avaient déjà été largement échaudés par le chapitre « je vous rappelle que vous devez liker la page uschapters sur Facebook »).

Positivons : se concentrer sur l’aspect exclusivement financier de l’affaire permet de ne pas réfléchir au fait qu’objectivement, ça fait 4 ans que je n’ai pas fait de sport.

 

* avoir Jean Jacques Goldman dans la tête quand on écrit un post est souvent mauvais signe

us chapters

us chapters

6 Commentaires

  •    Reply

    Y avait pas aussi moyen de s’inscrire en faisant applaudisseur sur les autres courses à la noix tous les dimanches matin, à 8h du mat ?
    Sinon t’as plus qu’à vendre soit ton corps soit des gâteaux. Bon ça passera mieux si tu les fais vendre à tes gnômes je pense.
    En tous cas, je te soutiens à fond. Mais pas avec mes fonds.
    Mouhahahahahahaha (rire satanique)

    •    Reply

      je sais que je donne un peu le baton pour me faire battre … j’avais pas pensé à utiliser mes enfants, pas con. je vais aussi ratisser dans les parents d’élèves, on pense trop rarement à ce vivier là …

  •    Reply

    j’adore jean-jacques

  •    Reply
    Jacques Séguéla 20 juillet 2016 à 21 h 42 min

    J’ai donné 50. Sur le moment j’ai pensé à ce sublime, fashion et forcément indispensable froc en soldes, qui allait tellllllement manquer dans mon placard. Parce que j’ai beau être blindée de fric (hum), c’était le marathon ou le pantalon, dans la vie faut faire des choix.
    Bref j’ai cliqué sur « je donne 50 balles » et en fait je me suis sentie plus glamour qu’avec les fesses moulées dans le pantalon canon auquel j’ai renoncé. Ça m’a fait plaisir de donner des sous utiles (et aussi pour toi ma grande, qui a sans nul doute fort besoin d’aider ton corps à retrouver sa fermeté d’antan – courage tu y es presque!!).
    À votre bon cœur ! cette pub gratuité était impulsive et sincère.
    Ma grande, on achètera des burgers gras pour fêter ton 4h12 au marathon. En écoutant JJG a fond, ça va sans dire. La bise.

Laisser un commentaire