uschapters
Hard times in New York Town

Jeunes accouchées ayant dû vendre leur TShirt pour payer l'hôpital (affiche de l'association pro-accouchement gratuit, 3600 avant JC)

L’hôpital américain sonne toujours un paquet de fois


Subir une opération aux US, c’est à peu près comme être un lycéen amoureux en 1996 : je scrute l’arrivée du facteur le coeur battant.

Sauf que maintenant, j’attends des factures.

Délicieux frissons d’incertitude : peut-être que l’anesthésiste est couvert par l’assurance – mais peut-être que non. Au sein d’un même hôpital, l’anesthésiste A peut accepter mon assurance, mais pas le B (pareil pour l’hôpital, le pédiatre pour le bébé, et les-autres-services-dont-j’ai-eu-besoin-sans-même-le-savoir). C’est une sorte de jeu dont vous êtes le héros, mais en version pas marrant.

Avant d’accoucher, un peu effrayée de devoir hypothéquer jusqu’à ma dernière couronne dentaire, j’avais donc appelé mon assurance. A la question tremblante « mais entre 500 et 50.000 dollars, je vais en avoir pour combien, en gros », sachant qu’à ce stade on ne savait pas quelle serait l’envergure des soins nécessaires et quels services interviendraient, on m’avait logiquement répondu « ben no idea ».

Dans le doute, une fois sur place, j’ai donc consciencieusement lapé chaque plateau repas jusqu’à la dernière barrette de cream cheese ; j’ai collé le bébé à la nursery toutes les nuit ; et j’ai shourré les brosses à dent jetables. Toujours ça de pris, comme le grommelle ma maman en embarquant de manière systématique l’intégralité des buffets « all you can eat ».

La première facture m’a été envoyée un mois après mon retour à la maison : anesthésiste, 139 dollars après assurance. Une paille. J’ai ensuite reçu en pagaille des nouvelles du pédiatre, de la gynéco, du labo et du « service pharmacie ». J’en suis à quatre factures ; il est possible que j’en reçoive encore dans six mois. D’ores et déjà, je peux vous indiquer avec fierté qu’avant prise en charge par l’assurance, la nursery coûte 12.000 dollars, soit pas mal de nuits au Ritz pour le brand new baby, mon propre séjour se montant à 35.000 euros (toujours avant assurance).

Tout ça donne l’impression réjouissante que malgré les asticots, j’ai vécu une expérience grand luxe.

us chapters

us chapters

9 Commentaires

  •    Reply

    ca fait plaisir de te (re) lire ! Toujours aussi fan de tes articles !
    en tout cas felicitations pour Yann :)

    je ne sais pas quel type d’assurance vous avez mais pour notre cas ; ils checkent tout avant de nous soigner (on a teste les urgences et moi gyneco). Donc bizarrement on arrive a savoir a l’avance si on devra payer ou non..par contre ils ne discutent pas prix avant. Si j’ai bien compris, si c’est trop cher, le patient peut partir et s’il lui arrive un truc l’hopital peut etre responsable…

    •    Reply

      merci ! BCBS pour nous, mais en fait ils m’ont dit que tout dépendrait du niveau de difficulté des opérations : si j’avais des complications, ou en fonction de l’anesthésiste qui poserait ma péridurale, ou si le bébé devait partir en réa, je serais in ou out of network (paramètre par paramètre). Bon par ailleurs, la fille était complètement nulle, ce qui n’a pas aidé. Mais tout ça est un peu dingue (et extrêmement chronophage !)

  •    Reply

    Tu feras le 4e en France, ce sera plus simple… LOOOOOOOOL

  •    Reply

    Le site qui fait mal
    Compare Paris et NYC

    http://Www.lecoutdelexpat.com

Laisser un commentaire