uschapters
Hard times in New York Town

Yeah Cléo, wanna hear about my problèmes de riche ?

L’héroïsme pour les crétins


Avec mon mec, on a un travers : on est accro aux « oh la la, vous avez une énergie de fou, mais comment faites-vous ». De temps en temps, je me dis que c’est uniquement pour ça que depuis qu’on s’est rencontrés, on a multiplié les faux plans, les déménagements, les gamins, et plein d’autres trucs bien débiles : la pseudo admiration de nos pseudo copains nous fait saliver de satisfaction comme le chien qui a bien renvoyé sa baballe.

Dernière trouvaille foireuse en date : le WE prolongé à Washington à plus de 8 mois de grossesse. Mais le prix à payer pour quelques « ah, dis-donc t’as la pêche » clairsemés est assez élevé. Voici donc une synthèse  » faire du tourisme très enceinte ».

Contractions : 9h de route aller-retour dans une voiture inconfortable = c’est gagné, ton ventre est en béton armé pour le WE.

Remontées gastriques (ouais, c’est un post sur la grossesse, personne n’a dit que ce serait glamour) : mixer WE de Pâques (= orgie chocolat) et stations assises trop nombreuses (cf paragraphe précédent) = c’est l’acide sulfurique dans ta trachée.

Entrave des mouvements : faire les malins, mépriser les plans, et se dire qu’on trouvera bien la maison blanche + la confondre avec le Capitole (=méga honte pour tout fan de house of cards) + la chercher comme un gland en s’engueulant avec ton mec + devoir finir par demander à un flic « euh sorry, where is the white house » (re la honte) = bouffer en une demie-heure ta capacité « marche à pied » de la journée.

Insomnie : dormir dans la même chambre d’hôtel que ta famille + te réveiller à 3h du mat, pétant la forme (classique de fin de grossesse) = lire assis sur la baignoire le dépliant « on est trop éco friendly » de l’hôtel jusqu’à 7h du mat.

Désagréments divers : 1. courir tout le WE de station sanisette en station sanisette. 2. aller diner chez des copains, et rentrer piteusement à 22h, épuisé, le ventre dur comme le mur de Berlin. 3. te faire gratos une petite frayeur au retour « putain je vais accoucher à Centreville, Delaware et il reste 7% de batterie sur mon tél ».

us chapters

us chapters

6 Commentaires

  •    Reply

    Moi j’appelle pas ça « avoir une énerge de fou » j’appelle ça « être fou » tout court (ou craquer son slip mais je ne voudrais pas que tu te vexes!)

    => tu voulais accoucher à Washington c’est ça ? :)

    Bon repos bien mérité!

    •    Reply

      en fait j’avoue que pour notre mythologie personnelle, ça n’aurait pas été si mal que j’accouche à Washington pendant un WE tourisme. Tant pis, je trouverai une autre manière d’être pseudo cool …

      thanks !!

      •    Reply

        Ouais on s’est dit que t’allais accoucher chez nous! Andy avait nettoyé la moquette dixit « pour qu’elle soit propre pour le nouveau né!! »

        •    Reply

          désolée que ça n’ait pas servi (et en même temps, je crois que vous pouvez me remercier !) + pas sûre que vous aviez acheté le cutter (ou qu’Andy ait eu envie de s’en servir !)

  •    Reply

    Je me disais justement qu’il etait un peu petit joueur cet accouchement, pas de demenagement international ou autre gros projet … mais ca ne donne aucun avantage genre nouveau passeport ou autre d’accoucher a Washington! Ouah Capitole jusqu’a la Maison Blanche a plus de 8 mois a pieds c’est comme un marathon! Tu l’as bien merite ton « mais tu as une energie de fou!!! »

    •    Reply

      aaah merci !!! mais bon, ça reste quand même un truc de gros débiles, j’ai mis 3 jours à m’en remettre … quant aux passeports, même à NY, le bébé sera américain (ce qui est un peu la classe, et un peu inutile puisqu’il en a déjà 3 ce bébé !)

Laisser un commentaire