uschapters
Hard times in New York Town

Heure du décès, 14h04. Cause probable : hypothermie.

Le froid


Tu savais qu’il ferait froid. Tu avais vu les photos, tu avais lu dans les journaux tous les ans à la même époque le même article sûrement recyclé par un stagiaire peu zélé « une vague de froid d’une ampleur inédite a frappé la grosse pomme hier soir ».

Tu avais entendu les gens rentrer de New York et raconter leurs hivers comme les survivants d’un film de Wolfgang Petersen. 

Tu haussais les épaules comme une grosse godiche quand tu entendais que c’était insoutenable.

Tu croyais que tu pouvais. Erreur.

Tu apprendrais que le champ lexical de la dévoration a un sens. Le froid mord, brûle, pique, pénètre.

Tu apprendrais que tu n’étais pas de la race supérieure de ceux qui survivent à l’hiver. Tu en déduirais à tort ou à raison que les américains sont, physiquement, des surhommes (ou leurs doudounes des surdoudounes).

Toi, tu crèverais sur place. Et Nayla s’évanouirait dans sa poussette, couinerait faiblement des « maman, mes mains, j’ai froid » qui te transperceraient le coeur.

Pendant tes trois premiers mois ici, tu ne prononcerais que les voyelles, au dessous de 0°C ton menton refuserait d’articuler les consonnes. Tu constaterais à ce moment là que si l’on ôte les consonnes, l’anglais reste compréhensible mais pour le français c’est mort. Tu relaterais cet intéressant constat autour de toi mais tout le monde s’en foutrait.

Tu ne savais pas qu’en ouvrant les volets un 5 avril, la vision de la neige qui tourbillonne par la fenêtre te ferait exploser en sanglots.

Tu ne savais pas que les écoles sont très souvent fermées quand il neige et que tu devrais te taper les deux filles toute la journée près de la moitié du mois de février. Tu ne savais pas non plus que tu devrais quand même payer à la crèche l’intégralité du mois de février. Tu songerais à inventer le pro-rata froid.

Tu ne savais pas que les entreprises feraient parvenir à leurs employés des messages infantilisants « beware, faites vos provisions, ne prenez pas la voiture ». 

Tu ne savais pas que tu signerais tous tes mails « blizzardsbises ».

us chapters

us chapters

2 Commentaires

  •    Reply

    Bonjour
    Je suis une amie de Celine (st Barth) et je dois avouer m’être enfermée dans mes toilettes pour lire [presque] tout ton blog, d’une traite, un soir de cette semaine. J’ai lâchement prétexté des maux intestinaux pour que mon homme gère le coucher de n°1 et n°3 (n°2 étant -alléluia-en classe verte).
    La lecture de ton blog me permet de passer d’excellents moments (dans les toilettes certes ), alors quoi qu’il arrive : garde la foi ( ça sonne mieux en anglais non: ‘keep faith’).
    Merci encore
    Marjorie (ex de l’EFB où l’on s’est -peut être- croisées ), j attends avec impatience les prochains chapitres (je te rassure, je suis sortie des toilettes depuis)!

    •    Reply

      merci !! j’avais pas pensé en ouvrant un blog, à l’endroit d’où on me lirait mais ça fait très plaisir !!
      je crois que j’étais à l’EFB après Céline (CAPA 2008) et surtout je n’y étais pas très assidue ! on s’y est peut-être croisées effectivement. Du coup tu es à SBH toi aussi ????

Laisser un commentaire