uschapters
Hard times in New York Town


travail


Illustration destinée à la partie "hobbies" d'un CV américain : leader de l'équipe de free fight de l'équipe 1 de l'Université de Charlotte; 120 combats gagnés, invaincu pendant 2 trimestres

Supersize me – Part 2


Atelier : « américanise ton CV ». Voici l’exemple de ma fille Charlotte, actuellement sept mois.

Charlotte dans la vraie vie

Surnoms :

  • Roucky
  • Rouquinou

Compétences :

  • Bébé tout mignon
  • Parvient à repérer un couteau tranchant à l’autre bout d’une table, à plonger à la vitesse d’une nageuse olympique, à s’en saisir, et éventuellement à s’en perforer la glotte
  • Fait caca de l’exacte couleur des aliments du repas précédent
  • Extrême souplesse (typique bébé)

Hobbies :

  • Manger
  • Les blagues à répétition (type : « mais elle est où Charlotte ? Elle est là ! »)
  • Oh putain ce truc rouge a l’air vraiment trop cool il faut que je le choppe oh putain oh putain oh putain mais filez moi ce truc rouge bordel

(suite…)

Illustration destinée à la partie hobbies d'un CV américain . Volontariat : assistance proactive à des familles en détresse, depuis l'âge de six ans. 530 repas distribués à ce jour ; soutien psychologique réussi pour 30 familles ; leader dans la mise en place de partenariats publics privés, logistique, soutien psychologique

Le CV: Super-size me – Part 1


Evidemment, j’ai traduit mon CV bien consciencieusement. Mais dans les offres d’emploi, je voyais un peu trop souvent « préciser en quoi vous êtes un candidat exceptionnel » (« outstanding candidate »). Ca m’a rendue perplexe. En France, l’exceptionnalité n’est pas vraiment un critère. Tu démontres plutôt que tu corresponds au profil et qu’en plus tu es trop sympa.

J’ai fini par comprendre. En fait, c’est simplement une version super-sized de toi-même. Il ne faut pas mentir, mais l’idée est d’en faire des méga-caisses.

Du coup j’ai changé mon CV. Maintenant, il hurle à mort que je suis maligne, ultra adaptable, multi-compétente, sportive et en plus généreuse et en plus j’ai couru un marathon.

Bon, je n’ai pas encore trouvé de boulot, mais au moins en le lisant, j’ai la sensation réconfortante que des combats de free-fight devraient être organisés pour m’embaucher. C’est déjà ça.