uschapters
Hard times in New York Town

Book club with a twist

Bouquins (de) new-yorkais


Il y a deux mois, j’ai lu un livre que j’ai haï et que tout mon club de lecture a a-do-ré – apparemment le New York Times aussi d’ailleurs donc c’est peut-être moi le problème (ou les new-yorkais, je sais pas). Et oui, j’ai un book club, je me sens trop hype (ici les clubs de lecture c’est pas Mamie-lit-Fred-Vargas, c’est hype). Bref, paragraphe typique :

« Un jour, j’ai lu une étude sur le manque de sommeil. Les chercheurs avaient créé des iles de sable toutes petites au milieu d’un plan d’eau, et placé des chats exténués sur ces iles. Au début, les chats se pelotonnaient sur le sable et s’endormaient, mais ils finissaient toujours par se réveiller dans l’eau. Je ne me rappelle pas exactement de ce que les chercheurs tentaient de prouver. Tout ce dont je me souviens, c’est que les chats devinrent fous ».

(Bureau des spéculations, Jenny Offill*)

Juste après j’ai lu un bouquin absolument génial (pour le coup, le New York Times (et la terre entière) sont d’accord avec moi). J’ai trouvé finaud de placer l’extrait numéro 2 en regard de l’extrait numéro 1, mais comme c’était affreux à traduire, lisez le post en anglais par pitié.

 » A l’heure actuelle, il n’est même pas possible de lire des fictions américaines pour comprendre l’état du monde. Lire des fictions américaines sert à comprendre les blancs perturbés qui font des choses qui paraissent bizarres aux blancs normaux ».

(Americanah, Chimamanda Ngozi Adichie*)

* – je n’ai pas réussi à chopper la traduction française donc la mauvaise traduction est de moi

us chapters

us chapters

2 Commentaires

  •    Reply

    Je plussoie: Americanah c’était TROP BIEN (ouai je me tape toutes les archives de ce blog, don’t judge me)

    •    Reply

      J’ai vu sur ton blog aussi que tu avais kiffé. ça m’a fait plaisir que malgré nos désaccords apparents sur biolay, nous soyons d’accord sur l’essentiel. Et d’ailleurs, avec le recul, c’est tjs aussi bien le roman du mariage ? genre, je l’achète ?

Laisser un commentaire