uschapters
Hard times in New York Town

Je n'ai pas pu préparer la présentation, Charlotte s'était dénudée sur la voie publique (excuse pour étudiant à enfant #147)

34 ans à l’université, take 2


Pareil / pas pareil : avoir des enfants ou pas quand on fait l’université.

Les devoirs :

Pour mes copines : c’est se réfugier dans la gravité silencieuse de leur appartement. C’est se verser un thé, allumer une bougie, et attendre, recueillies, que le savoir descende en elles (moyennant un savant roulement snapchat / Facebook / instagram environ toutes les 10 min).

Pour moi : c’est de toutes façons pas avant 21 heures 30, parce qu’avant on a les enfants qui hurlent, les lessives à faire et surtout la musique du roi lion dans les oreilles : naaaaaaaa tsimbrekiaaaaaa navadiss tsivaraaaaa (passion Simba). C’est se tromper de bouquin à lire assez régulièrement parce qu’on était un peu décapée au moment où on a pris les notes. C’est  lire 30 pages d’un truc à 1h du mat, relever la tête et se demander sincèrement : tiens, mais de quoi ça parle ? C’est aussi constater en rendant le livre à la bibliothèque que « buddha is in hiding » a pas mal souffert des balançages de purée virtuoses de Yann.

Spring Break :

Pour mes copines : c’est se dorer la fesse sur les plages de Californie en faisant valser du bellâtre sur Tinder.

Pour moi : c’est un blizzard qui s’abat sur New York dans moins de 24 heures. Il s’appelle Stella. C’est joli comme nom. Les trois enfants n’auront pas école pendant deux jours. On va en chier.

Les soirées :

Pour mes copines : c’est potentiellement tous les soirs.

Pour moi : c’est un concept oublié dans les années nonante. Néanmoins, malgré trois grossesses et deux marathons, je suis encore capable de boire deux bières sans vomir. Pour elles c’est moins sûr (j’ai organisé un pique nique au début de l’année, il devait y avoir 13 bières pour 25, ben y en avait un paquet qui disaient des conneries).

Le couple :

–  Pour mes copines : c’est un concept très frais (entendu récemment : « ça fait six mois ? ah ouais, une longue relation »). C’est des relations à distance, qu’on gère en s’engouffrant dans des avions à horaires impossibles, en écrivant des tonnes de whatsapp à smileys inquiets. C’est des idées de « comment on sera quand on sera maman » qui me m’attendrissent pas mal parce que j’avais les mêmes, et j’aimerais bien leur dire que la réalité sera différente, et si les filles, je vous promets que parfois vous donnerez des petits pots à vos enfants , et ce sera pas grave. C’est demander beaucoup de conseils à la con à ses copines. La vie de couple à 25 ans, c’est compliqué. C’est cool. Mais ça prend beaucoup de temps, beaucoup de sueur. Et c’est quand même surtout compliqué.

– Pour moi : c’est se rendre compte que l’autre est passé chez le coiffeur au bout de 5 jours. C’est tenter annuellement le resto « parlons de nous mon amour » et mettre même du recourbe-cils pour l’occasion, mais lâcher l’affaire à 22h15 parce que la conversation romantique commence à ressembler à une to-do list. C’est une course de relais (tu fais chier, c’est à toi de te lever, je me suis réveillée la nuit dernière / OK je sors jeudi, tu prends mercredi ?) C’est s’appuyer sur l’autre, rarement le séduire. C’est rigoler pas mal ensemble, souvent nerveusement. C’est néanmoins, entendre mes copines de fac me dire  : « oh mais tu as teeeellement de chance », parce que c’est vrai : c’est plus simple.

 

Parfois je me demande si mes copines et moi on est quitte. Je pense quand même que non.

Promis, après ça j’arrête de parler de mes enfants pendant au moins un mois.

L’affreux cours de djembe


Voilà, j’ai fini par me faire avoir : Nayla, 4 ans, est inscrite depuis trois mois à un cours de djembe. J’en pouvais plus des sourires consternés et des petits pincements de lèvres suggérant que je privais mes enfants d’une source d’Epanouissement Obligatoire.

Toutes les semaines, j’accompagne donc Nayla l’européenne, munie de son djembe made in China, au cours de djembe new-yorkais où le prof a une tête de boucher du midwest et enseigne des « rythmes africains ». Je kifferais volontiers le décalage « quatre continents » si je n’étais pas régulièrement saisie :
1/ d’irritation contre le prof qui s’obstine à parler de l’Afrique comme d’un grand pays mystérieux et uniforme
2/ par l’odeur de prout qui règne immanquablement dans toute réunion de plus de deux enfants.

L’autre problème du cours, c’est que les parents sont censés participer. Les premiers cours, je me suis retrouvée comme une  adolescente godiche et rétive, obstinément assise quand l’ensemble des gamins et les mamans ravis dansotaient avec leur djembe en une parodie dégueulasse des dimanches à Bamako (ouais, pas de papa of course) . Depuis j’ai trouvé un prétexte pour me barrer « exceptionnellement » et je vais lire mes bouquins d’anthropologie au café du coin pendant que Nayla fait du djembe sans sa maman.

Bon, la prochaine fois, je vous parle de Jessica, la propriétaire des cours obèse et stridente, mais là c’est la journée des droits de la femme (ici on a squizzé le coup des droits de la femme, ça s’appelle « international women’s day »), je refuse donc d’être méchante avec mes consoeurs.

Oui, je sais, rien à voir mais le terminage de notre puzzle de 1.500 pièces est un inépuisable motif de fierté.

La double-vie de Véronique, une fiction en 234 mots


Véronique avait décidé de reprendre ses études dans l’Amérique de Trump. Rien n’allait l’arrêter dans son entreprise, et surtout pas ses trois enfants en bas âge.

*           *           *

Un soir, alors que Véronique prenait l’apéro avec quatre copines de fac dont la plus vieille avait 25 ans, son mari l’appela pour l’informer, légèrement agacé, de ce que Yann avait la diarrhée et qu’il fallait qu’elle passe à la pharmacie en rentrant pour acheter du pedialyte merci.

Elle raccrocha poliment et retourna boire son mauvais vin blanc et caqueter avec ses copines avec l’allégresse de la femme qui gère sa double-vie avec maestria. Qu’on est bien à discuter de snapchat, se dit-elle.

*           *           *

Le lendemain, Yann, qui avait passé la nuit à pleurnicher par intermittences, reprit ses pédaradements. 38°2. Il fallait se rendre à l’évidence, il n’allait pas pouvoir aller à la crèche, inutile d’espérer un succès sur le coup du doliprane-qu’on-donne-en-loucedé-avant-de-partir-à-la-crèche-et-qu’on-dit-rien-aux-dames-de-la-crèche-mais-on-espère-que-ça-va-passer-et-qu’ils-n’y-verront-que-du-feu.

Véronique regarda son mari qui la regarda. Elle soupira, ouvrit son ordinateur, envoya rapidement un mail à son professeur de « international humanitarian law » intitulé « baby / flu / sorry » (après avoir un instant songé à détailler les problèmes digestifs de Yann, elle avait finalement considéré que ça n’était pas directement pertinent), et s’apprêta bravement à entamer une grosse journée de merde dans son appartement mal rangé avec son gamin ronchon.

Morale : la fac et les enfants, parfois ça marche et parfois non.

Choking hazard: Nous sommes une école dinosaure-free. Amener des dinos à l'école est passible de sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion de l'enfant. Nous nous réservons le droit de prévenir les autorités en cas d'apport de dino dans l'enceinte de nos bâtiments.

Saint Valentin, bilan chiffré


Dans la rue, un new-yorkais sur trois portait un bouquet de fleurs ce soir vers 18 heures …

… et 20 minutes de queue (à la louche) dans le magasin de papeterie / cartes de voeux devant lequel je suis passé

3 heures 30 de motivation poussive pour faire écrire « happy valentine’s day » à Nayla (4 ans), sur les 24 cartes de la St Valentin qu’elle a distribuées à ses copains

1 carte bizarre envoyée par Nayla (elle y tenait) : « Walker, don’t hit me and I will be your friend » (Walker, ne me tape pas et je serai ton amie). La maman de Walker a dû faire une sale gueule en ouvrant les cartes ce soir

39 cartes reçues par nos trois enfants au total, avec 37 petits cadeaux scotchés sur les cartes (et deux mamans radines)

Les petits cadeaux: 28 sucettes pas bonnes du tout, 2 sortes de tang 2.0 qui ont l’air d’avoir la puissance d’un vermifuge, 3 petits dinosaures en plastique rose du style oh-regarde-le-bébé-s’est-tué-il-a-bouffé-le-dino, 9 chocolats, 0 chocolat mangeable, 4 gommes en forme de coeur, 17 stylos et plein de gommettes.

500 grammes de plastiques divers balancés à la poubelle après ouverture

Dans l’école des enfants, le bilan carbone annuel du Sierra Leone dépensé en un jour

 

Happy Valentine’s Day!!!

Bacon old fashioned / la patrie des gourmets

Comment se remonter le moral


Depuis l’executive order c’est devenu difficile de trouver des trucs rigolos à dire sur les US.

Heureusement, dans le hall de mon immeuble, quelqu’un a balancé un vieux livre de recettes contenant cette recette de cocktail whisky-bacon-sirop d’érable (photo), me rappelant ainsi juste à temps que l’Amérique est certes devenu un pays institutionnellement raciste, mais elle demeure avant tout la patrie des gourmets. Vous pouvez agrandir la photo pour tester si vous êtes des braves.

A part ça :

– j’ai écrit ici un article sur le blog de Mathilde consacré aux enfants et à l’expatriation. Merci de le lire, j’ai passé des plombes à l’écrire (comme c’était pour quelqu’un d’autre au début j’avais pris un ton méga ampoulé, c’était abominable).

– paragraphe « vie de couple » : Pendant que je potasse mes bouquins d’anthropologie, souvent mon mec regarde the walking dead. Ben regarder son mec qui regarde the Walking dead, c’est assister gratos à une longue représentation « actor’s studio » de l’effroi (je cache ma tête derrière mon oreiller, je fais des bonds sur mon canapé, je cache mes oreilles, mes pupilles se dilatent, je déglutis péniblement, je couine de douleur cathartique). Et on n’est pas loin du moment où il va nous acheter un canif Victorinox au cas où les zombies débarquent.

– paragraphe « vie de couple » 2 : The Walking Dead a fait une petite pause, du coup on s’est acheté un puzzle de 1.500 pièces à compléter pendant nos longues soirées d’hiver (le Catane à 2 nous ayant collé au bord du divorce, un truc collaboratif paraissait une bonne idée). Mais on ne renonce pas si facilement à notre esprit de compétition du ragondin débile : on passe notre temps à s’insulter en mode « t’as mis deux pièces là ? c’est ouf comme t’es pas doué, moi j’en ai placé 5″.

– paragraphe « march is the new brunch » : il y a plein de manifestations anti-trump à venir. Je vous raconterai – j’ai bien sûr envie de participer à toutes, mais j’ai le sens politique du ragondin débile, il faudra que je muscle un peu mon discours (à l’heure actuelle : l’immigration ? ouais, c’est bien ; le climat ? ouais bien aussi. Etc).

– paragraphe « et en vrai » ? ben c’est la déprime.

Pic of the week #2 – Living in a state of fear


Her body, her rights

La marche pour les femmes à Washington


Immédiatement après les élections américaines qui ont laissé le pays au bord de l’implosion, les manifs ont commencé à fleurir (stand-in, sit-in, protest, rally, demonstration, march et j’en oublie).

Samedi a eu lieu la plus importante d’entre elles, la “women march”. Mon book club composé de 10 américaines que j’aime à la folie, a organisé un déplacement à Washington avec dodo dans le Maryland chez le papa d’une d’entre elles. Je tenais absolument à en être et à emmener Nayla, 4 ans 1/2 (j’étais sûre que ça lui plairait, et puis symboliquement, je trouvais important qu’elle soit là).

Rituel manif étape 1 : élaboration de pancartes (“sign” en anglais). Nayla a trouvé assez cool l’aspect “arts and craft” participatif : coloriage avec 12 adultes au taquet. Elle a fièrement colorié un grand symbole de la femme sur sa pancarte, et on a écrit toutes les deux, de l’autre côté “don’t mess with me – I’m your future” (faites gaffe à moi je suis votre avenir) – mais après réflexion elle a trouvé ça un peu naze et porté la pancarte uniquement côté pile. On a toutes tenté d’écrire un truc percutant qui correspondait au maximum à notre âge, notre race, nos envies ou notre orientation sexuelle. Cela allait de “lesbian – this – together” (attention jeu de mots) à “regulate banks not vaginas” ou au tout simple “hear us roar”.

Rituel manif étape 2 : fashion. Là j’étais insuffisamment préparée : mes copines avaient choisi leur plus beaux TShirt à message, soigneusement tricoté ou fait tricoter leurs bonnets roses (bonnet rose avec oreilles de chat = pussy hat = le symbole du mouvement, qui joue sur le double sens du mot “pussy”, plutôt bien traductible en français par chatte, et rappelle bien sûr le célèbre et ignoble trumpisme “grab them by the pussy”). Les sacs ad hoc avaient été achetés – petits et transparents, comme l’exigeait le site, qui nous incitait d’ailleurs à imprimer un ticket de participation à la manifestation, le monde moderne est une chose curieuse. Je portais un vieux TShirt american apparel informe et Nayla un pull à rayures, mais j’ai considéré que malgré nos évidentes lacunes stylistiques, on s’en tirerait avec les pancartes (et le fait que Nayla est évidemment sur-mignonne).

Rituel manif étape 3 : y aller, et gueuler à fond. Et franchement, ça valait le coup. L’impression de vivre un moment historique, les pancartes géniales, drôles ou émouvantes, Nayla au taquet qui hurle “hey hey ! ho ho ! patriarchy has to go” non-stop depuis 36 heures, l’aspect combattif, et résolu, mais très pacifique et respectueux. La diversité des manifestants, et aussi la diversité de leurs messages (note : en général je déteste les manifs pour leur aspect réducteur. En l’occurrence à peu près toutes les strates possibles du féminisme et du mécontentement étaient représentées). Le côté militant. L’impression de faire quelque chose, parce que comme le disait une pancarte “c’est soit ça, soit passer quatre ans enfermé”.

Rituel manif étape 4 : après la manif, ranger sagement sa pancarte, ou la déposer pas loin de la maison blanche, prendre son métro ou sa bagnole et regagner son domicile, un peu sonné, un peu galvanisé, en se demandant, perplexe … et après ? on en est là. Nayla a décidé d’organiser une marche dans notre rue, mais on va commencer par la remobiliser sur le vélo sans roulettes, faut pas non plus déconner sur le militantisme à 4 ans 1/2.

Best of pancartes (très personnel) :
– Une vieille portant une pancarte “I can’t believe I’m still fighting this shit” (je n’arrive pas à croire que je sois encore en train de me battre contre cette merde).
– “Melania blink twice if you want us to save you (Melania cligne deux fois de l’oeil si tu veux qu’on te sauve)
– Une japonaise en fauteuil roulant : “US Prez locked me up 1942-1946. Never again” (emprisonnée par un president américain entre 1942 et 1946. Plus jamais ça).
– “if you’re afraid of equality you’re protecting a privilege” (si vous avez peur de l’égalité vous protégez un privilège).
– “Trump is not the disease he is the symptom (Trump n’est pas la maladie, il est le symptôme)
– un mec portant “proudly married to a nasty woman”. (marié à une “nasty woman” et fier de l’être » – nasty woman : commentaire de Trump grommelé entre ses dents à l’égard de Hillary pendant le troisième débat).

Pancarte la plus vue : pussy grabs back …

Pic of the week #1


Parce que l’amour pour nos amis les bêtes n’a pas de limites et la créativité pour le marché des animaux non plus …

Bienséances, ou Kate faisant taire Brinkley

Les notes à 34 ans


Bonne année Trump 1 tout le monde !

Après un silence radio pour cause de 1- partiels puis 2- vacances lointaines et familiales, me revoilà enfin avec l’objectif excessivement ambitieux de publier  un post et une photo par semaine tout au long de l’année 2017. The sky is the limit les amis.

Cette semaine, les partiels à l’américaine.

Après un semestre de cours passionnants (vraiment), il a fallu que j’écrive des disserts. Pour chacun de mes cours, le sujet était libre, du coup j’ai réfléchi à ce dont je voulais parler, puis je suis allée valider le sujet avec mes profs, puis j’ai écrit mes quinze pages interligne 1,5 par cours, en tentant de ne pas trop faire dodo sur mon clavier à 3h du mat.

Après, les profs ont corrigé, et on a eu les notes. Ca m’a fait bizarre, j’ai eu la même semaine un paquet de cheveux blancs soudainement apparus sur mon crâne, et mon premier A- (ce qui dans la série « tu es une vieille jeune » était un peu lourdingue de la part de mon corps). Comme je savais pas trop quoi faire du A-*, j’ai appelé ma mère pour qu’elle me félicite comme au bon vieux temps.

Encore après, sachant que les américains ont une tendance lourde à la félicitation imméritée, j’ai demandé à mes copaingues s’ils avaient eu des bonnes notes aussi (je voyais d’ici le truc où toute la classe avait A, comme les instits de mes enfants qui leur disent tout le temps « good job » même quand les enfants colorient mal). Et là trop bizarre : les américains ne divulguent pas du tout leurs notes. Au bout de 7 fois où, à la question « et toi t’as eu combien », les gens répondaient « sinon tu fais quoi ce WE » j’ai fini par demander très officiellement ce qu’était le délire je-garde-ma-copie-contre-mon-coeur-et-tu-sauras-pas-ce-qu’il-y-a-dedans, et très officiellement, on m’a répondu  : c’est privé les notes.

Donc, petit guide pratique « la pudeur aux US » : les notes, c’est non. Mais les salaires c’est oui. Et les cuisses de ta fille de deux ans c’est non.

To be continued.

 

* pour les cheveux blancs j’envisage la teinture mais ça me fait trop bader (mais il paraît que le henné c’est moche et ridicule) quelqu’un a des astuces?

"le Vietnam, pour les Etats-Unis, n'est plus un pays. Le Vietnam est une guerre" (débat sur la guerre, novembre 2016)

La fac à 34 ans.


Je me rends compte que je n’ai pas posté depuis … longtemps. Non mais en fait c’est parce que j’ai mes partiels. A 34 ans. Riez donc les amis, je me paie une sacrée cure de jouvence (on soulignera le verbe « payer » qui a son importance).

A 34 ans, j’ai donc :
– hier, diné avec mes copines de 22 ans qui sont en master « museum anthropology »*. On a gloussé parce que le serveur était mignon même si je trouvais qu’il avait un peu forcé sur la muscu.
– découvert que la sexualité des vingtenaires n’est plus ce qu’elle était. Tinder a tout changé ma bonne dame.
– des débats enflammés sur la décolonisation.
– un sac à dos, des cahiers, un abonnement à la bibliothèque.
– eu un A à ma disserte’ d’anthropologie, mais seulement un B+ à ma disserte’ d’histoire des migrations (j’aurais dû m’en douter, c’est l’Amérique, donc les notes sont tirées vers le haut, donc B est quasiment une mauvaise note).
– tendance à être LA référence vers laquelle se tournent les regards quand on aborde les sujets « couple stable » (rions ensemble), « enfants », voire (moins cool) « vieillesse ». Comme j’avais déjà tendance à être LA référence dans les diners américains sur les sujets « France » (voire « Europe »), je suis en train de m’habituer à être une maxi-usurpatrice jamais percée à jour.
– tendance à ne pas trop savoir s’il faut que je sois copine avec les étudiants (qui me trouvent un peu bizarre) ou les profs (qui me trouvent un peu bizarre). Du coup je joue à l’incomprise seule dans son coin un peu comme quand j’étais en 4e B.

Je vous laisse, je vais prendre mon bus.

 

* il y a des master aux titres très chelou, genre « critical thoughts » (pensées critiques) ou « global thinking » (pensées globales). Ca me laisse toujours un peu rêveuse. Je me demande si je ne vais pas postuler après mon master.